Schizophrénie = violence: la fausse équation

Voici un interessant article de presse qui traitre du sujet violence /schizophrénie :

Schizophrénie = violence: la fausse équation
Entretien avec le neuropsychologue Christian Joyal

Extrait:

Schizophrénie = violence: la fausse équation dans Schizophrénie Schizo ()…on entend souvent dire au point de le croire que les personnes atteintes de schizophrénie commettent un nombre élevé de crimes. Pourtant, la réalité est tout autre. C’est la conclusion à laquelle est arrivé Christian Joyal, professeur au Département de psychologie de l’UQTR, lors d’une étude menée à l’Université d’Helsinki en Finlande et dont les résultats ont été publiés dans la prestigieuse Current Psychiatry Reviews.

()…Il y a des sous-groupes minoritaires de personnes souffrant de troubles mentaux graves, par exemple de schizophrénie, qui font régulièrement les manchettes pour des crimes commis. Cela a pour conséquence de les stigmatiser davantage et, à tort, les gens pensent que les schizophrènes sont plus violents que la population en général

()..Plus spécifiquement, en ce qui a trait au lien entre la violence et la schizophrénie, Christian Joyal précise que «jusqu’à 10 % des personnes schizophrènes peuvent avoir des comportements agressifs, ce qui est très peu en chiffres absolus.»

()..«Bref, rappelle le professeur Joyal, les statistiques démontrent qu’il y a environ 10 % des personnes atteintes de schizophrénie qui sont violentes; par contre, avec les résultats de l’étude, nous pouvons conclure que la moitié d’entre elles ne sont pas violentes à cause de cette maladie, mais bien parce qu’elles présentent un diagnostic de comorbidité, ce qui leur donne une prédisposition à la violence. Pour ce qui est de l’autre moitié, l’acte de violence dirigé envers un proche coïnciderait avec le fait que la personne est dans une phase de délire de persécution paranoïde.»

Source : http://entete.uqtr.ca/description.php?no_fiche=6288



23 commentaires

  1. narenne 3 juin

    Qelle est pour vous l’équation de la schizophrénie? Pour ma par les genres,attitudes,comportements provocants, menaçants, irrespectueux, supérieures, méprisants, insensés…ne m’encouragent pas à vivre dans ma société.Je crois parfois que ma schizophrénie,le retrait est un paroxisme pathologique d’un aspect, une partie de la société qui ne sait plus ce que signifie ETRE HUMAIN et VIVRE ENSEMBLE.Je parle de mon expérience et de ce que je vois, entend, ressnet tout les jours.Merci.Silver.

  2. Jits 3 juin

    Bonjour,

    Pour moi il n’y a pas d’équation, il n’y a pas « la schizophrénie », mais des personnes souffrant de schizophrénie(s). C’est un peu comme si tu donnais un pinçeau et de la peinture à un panel de personnes. Il sera impossible de tirer une generalité quand au resultat, car chacun produira quelque chose en fonction de sa personnalité. Pourtant un pinçeau et de la peinture sont des choses bien identifiés, comme la schizophrénie est quelque chose de bien defini par la medecine.

    Ce que tu dits dans ton commentaire me semble tres juste, mais je pense qu’il faut absolument faire un effort pour justement vivre ensemble, et se resocialiser , meme si je le sais cela n’est pas evident, je pense que la voie de la guerrison passe par cette ultime étape .

  3. herve001 6 octobre

    il est vrai que les skizo ne sont pas plus violents que les autres eut égard aux infractions commises mais il faut regarder la réalité en face.
    Je n’ai jamais été aussi violent (dans ma tete sans passer à l’action ) que quand je délirais.
    Pas étonnant que certains passent à l’action et tuent en plein délire.
    On est pas blanche neige non plus.
    Hervé.

  4. herve001 6 octobre

    Le vivre ensemble est une utopie de socialistes.
    y a des gens que je ne supporte pas, que j’ai en horreur de par leur comportement et leur attitude de par leur manque de respect, de part leur mépris et je n’ai aucune envie de vivre avec eux, de les inviter chez moi pour bouffer ou d’aller an boite avec eux: je ne les aime pas.
    Mais qu’il faille se resocialiser dans le sens sortir avec des copains qu’on apprécie, voir un film au cinoch etc d’accord mais les histoires version libé que « tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil » c’est une utopie!

  5. Jits 6 octobre

    Salut hervé,

    Quand je parle de socialisation c’est surtout avoir une vie autonomne , un travail ,etc … Apres c’est sur on peut pas s’entendre avec tout le monde et c’est pas spécifique à cette maladie d’ailleur.

  6. fanny 17 décembre

    salut ,je suis tombé sur ton site en faisant des recherches sur la resocialistaion des personnes schizophrènes après la « cure hopital »,je suis étudiante infirmière, et j’essaie de comprendre ce que tu peux ressentir dans les moments ou certaines personnes ne t’acceptent pas,te rejetent…que penses tu des appartements thérapeutiques?Cela te parait il ètre du faux semblant? te sens tu compris ou aider par les soignants? est ce que les gens essaient réellement de te comprendre? merci du temps que tu me consacrera …

  7. Jits 14 janvier

    Bonjour Fanny,

    Desolé d’avoir mis autant de temps à te repondre.
    Pour ce qui est de l’acceptation de cette maladie , c’est tres difficile , et en general je conseillerai pas a un schizophrène d’en parler à son entourage. Généralement les gens sont pas informés , et sigmatisent les schizos, pensant qu’ils sont des meurtrier en puissance donc forcement il y a probleme.

    Sinon pour les appartements therapeuthiques, je sais pas , mais par contre je frequente un hopital de jour quotidiennement , et les soignants sont tres compréhensifs , mais la structure que je frequente a je pense des moyens finaciers a la hauteur de la tache, et donc la qualité des soins est bonne . Les soignant sont presque toujours avec nous et des ergotherapeutes proposes de activités , et nous pouvons parler de nos probleme pour prendre rdv avec psychololoqguie, psychiatre, ou infirmier .C’est pas du tout des faux semblants je pense, avec le temps un climat de confiance s’installe entre nous , et c’est bi-latteral , ce qui me parrait essenciel .

  8. Kesy 7 octobre

    Je trouve dommage que la société stigmatise autant les personnes ayant une maladie psychique. Je te joint un poème j’espère que tu l’aimeras. :-)

    Apparences…

    Il y a derrière les apparences, toutes les choses que l’on ignore
    L’impression est une négligence, qui peut faire changer de bord

    Car l’air ne fait pas la chanson, ce n’est que le ton des paroles
    Et même si l’image a raison, c’est une mauvaise boussole

    Qui vole vers des directions, où la vérité se déforme
    Quand elle se mêle aux illusions, que tous nos préjugés transforment
    Ainsi on juge bien à tort, sur base d’un premier regard

    En regardant souvent sans voir, toutes ces choses que l’on ignore
    Il faut donc apprendre à connaitre, avant de juger son prochain

    Car au-delà de son paraître, on entend bien mieux son refrain
    Car tout au fond des apparences, il y a la clef de nos jardins
    Il y a l’ultime de notre essence, et les baumes de nos chagrins.

  9. Jits 10 octobre

    Salut,

    Cela me plait beaucoup, merci ;)

  10. Kesy 12 octobre

    Me revoila, je viens te rendre une petite visite, je te donne ma nouvelle adresse en même temps. Et tu peux m’écrire si tu veut cela me fera plaisir de te répondre.

    Et je te remercie de ta gentillesse et rends soin de toi ;-)

    P.S. J’ai un peu de misère avec les smileys loll

  11. Kesy 12 octobre

    Bonjour,

    Les chances qu’on meurt suite a une attaque de la part d’un étranger souffrant de schizophrénie sont de une sur dix millions. Ce sont encore les préjugés et la méconnaissance des maladies psychologiques. Pour ma part j’ai fait beaucoup de recherche c’est dernier mois et si tout le monde essayais de comprendre et d’en connaître plus sur c’est maladies, les préjugés tomberaient. Ce n’est pas parce qu’une personne a été hospitalisée qu’il doit automatiquement être violent. Cette perception ne repose d’aucune façon sur la réalité.

    C’est bien plus facile de collé une étiquette sur des personnes, que d’essayé de vaincre l’ignorance. Je ne dis pas que toutes les personnes ne sont pas violente, cela peut arriver si la personne ne suit pas de traitement, mais de nos jours c’est très rare, en générale les personnes atteintes d’une maladie psychologique suivent leurs traitements.

    Si les personnes souffrant de schizophrénie sont presque toujours dépeints comme violents, d’autres maladies mentales contribuent à entretenir ce mythe de la violence parce que la plupart du monde ne sont pas à même de faire la distinction entre la schizophrénie et les autres maladies. Je connais un Monsieur de 71 ans qui a adopté deux enfants ( des jumeaux ) et ils sont atteints de schizophrénie grave, mais il ne les a pas laissé pour contre il se préoccupe de l’avenir de c’est deux enfants qui ne peuvent pas se débrouiller par eux même, car lui a déjà 71 ans et il se demande quel sera leur avenir quand il ne sera plus la.

    J’ai aussi rencontré une personne bipolaire et il n’était pas violent du tout, au contraire c’est plutôt lui qui avait une crainte envers moi. Je trouve ça terrible et injuste, tout c’est préjugés font que c’est personnes si attachante se retrouve à avoir peur d’une personne parce que tout le reste du monde ont peur. Bon je vais m’arrêter ici sinon je vais t’écrire un roman lolll

    À bientôt je reviendrais ;-)

  12. Kesy 4 novembre

    Hé bien merci d’avoir supprimer mes deux derniers commentaires, c’est gentil ça.

    Tu peut toute les supprimer je en reviendrais pas, ça donne rien d’écrire dans le vide.

    Bonne journée

  13. Jits 6 novembre

    Salut kesy,

    J’ai pas supprimé tes commentaires, tu as peut être fait une fausse manipulation, ou bien tu les a posté sous une autre rubrique. Désolé de pas t’avoir répondu avant, j’espère tu m’en veux pas trop.

  14. chicougna 30 janvier

    Les schizophrènes sont avant tout violents envers eux-mêmes. L’homme est plus violent qu’une femme en temps normal et la schizophrénie ne change rien à cet état sinon de l’aggravé .Dans notre société on a tendance à faire un amalgame avec les gens souffrant de graves pathologies mentales. Il y a des malades mentaux inoffensifs. Pourquoi ne pas d’abord s’intéresser aux personnes schizophregènes, celles qui rendent les autres maalades. Dans notre société, il existe des gens bien plus dangereux que les schizophrènes.
    Que l’on commence par éliminer le nombre de pervers, il y aura moins de gens malades.

    Soeur d’une schizophrène et soignante auprès des personnes dépressives.

  15. Jits 13 février

    @Chicougna :

    Je te plussoie à 200 % ;)

  16. fanny 8 avril

    Bonjour a tous , je suis etudiante en option agent d’éducation et j’ai décidé de faire mon travail de fin d’étude sur la schizophrénie car ce sujet me semble très complet et très speciale . Si certains d’entre vous on des avis , des temoignages , des informations ou des contact pour moi ce serait très gentils !!! Merci d’avance
    Fanny

  17. Ella 19 avril

    Bonsoir,

    Y’a pas juste la maladie qui joue un rôle dans le comportement d’une personne, que la personne soit schizophrène, bipolaire, borderline et j’en passe, que cette personne doit être violente. Il y’a une foule d’autres caractéristiques qui entre en ligne de compte dans le comportement d’une personne.

    Les traits de caractère chaque personne possède les siens, si la personne est non violente, ce n’est pas parce quelle développe ou naît avec une maladie psychologique quelle va être plus violente qu’une personne normale.

    Et cela peut importe quelle sois schizophrène, bipolaire, etc…. Il y’a des gens ‘’ Normal ‘’ Sans aucune maladie psychologique qui batte leurs femmes parfois jusqu’à ce quelle en meurt. Une chance qu’ils sont ‘’ Normal ‘’ Et après ils se permettent de juger et de stigmatisé les personnes souffrant de maladie psychologique.

    Mais c’est le monde a l’envers tout ça, moi la violence j’ai peur de ça, mais j’ai bien plus peur d’un homme dites ‘’ Normal ‘’ que d’une personne schizophrène, bipolaire etc, parce que c’est gens ne font pas de mal, ils subissent les préjugées que la société leurs inflige.

    Beaucoup sont des proies faciles pour la société, parce qu’ils sont vulnérables et c’est dangereux pour c’est personnes. C’est dangereux pour les personnes malades et non pour les personnes normales.

    Mais c’est quoi être normal ? Qui est à l’abri des dépressions, des maladies psychologiques ?

    Tout le monde est à risque, mais ça, peux de gens ose l’avouer et pourtant c’est la stricte vérité.

    Pour ma part, chaque personne devrait se dire… Je suis MOI et je suis Unique et je sais ce que je vaux… Et cela malade ou pas.

    Je pourrais écrire un roman sur ce sujet; mais je vais en resté là pour le moment.

    Et bravo pour ton site Jits !

    À bientôt !

  18. jean pierre POTIER 15 mai

    cela est bien vrai etant moi meme schizophrene(schizo affectif) et ayant une profession independante :la stigmatisation est tres forte: plus que si je n avait pas de profession :car a cause de la meconaissance de la maladie :les gens ne trouvent pas du tout normale que je puisse avoir une profession exigeante: alors ils ne comprennent pas :et ils se laissent aller aux mepris sous toute ses formes:et avec tous les prejugers errones de violence sur la maladie

  19. Ella 22 mai

    Réponse à Jean Pierre

    Mais avoir une profession exigeante n’a rien a voir avec une maladie psychologique, même si tu es schizophrène ça rien à voir. Si toi tu es capable de faire ton travail, même s’il est exigeant je vois pas ce que ça peut dérager.

    Mon pharmacien est borderline, et puis après ? Ça ne lui enlève pas ses compétences ça, même s’il a des humeurs changeantes il sait ce qu’il fait et ce n’est pas parce que je viens d’apprendre qu’il est borderline que je vais cesser de lui faire confiance, ça serais con de ma part.

    Puisque j’ai été diagnostiqué moi-même borderline le 6 mais de cette année et je ne suis pas encore stable, mais avec les médicaments je vais me stabiliser. Je viens de lire un forum a l’instant et il y’a beaucoup de préjugés aussi sur le trouble borderline.

    Mais ce que je trouve stupide et ridicule c’est que la société en générale, mettent tout le monde avec (Exemple) La maladie borderline passe pour la pire des maladies et de ce fait ils mettent tout les borderlines dans le même sac. Ah! Ce qu’il sont ignorants et ridicules, chaque personne est différente, mais essayé de leurs entré ça dans le crane c’est du temps perdu, selon moi.

    Les gens ne comprennent que ce qu’ils veulent comprendre, s’ils se donnaient la peine d’essayé de comprendre, mais non ils n’essaient même pas pour la plupart, ils préfèrent rester ignorant et juger les autres, je me demande qui sont les pires dans la société, les personnes atteintes d’une maladie psychologique ou la population qui semble normal ?

    Les préjugés viennent de l’ignorance et on dirait que les gens ( La société en générale ) aiment bien qu’on les traite d’ignorant lolll

    Bon, j’arrête sur c’est mots sinon je vais encore écrire un roman

    Sur ce bonne journée!

  20. Valentin 18 août

    Les neuroléptiques ont été crées pour nous contenir, car nous connaissons la réalité et nous la subissons + que n’importe qui. beeeeerman@hotmail.com

  21. Adri 19 août

    Bonjour,

    Puis-je utiliser l’image ci-dessus (sujet: Schizophrénie = violence: la fausse équation du 5 avril)?

    Je travaille pour une ONG et j’aimerais publier cette image sur notre partie « santé mentale » où nous parlons de la schizophrénie à travers le monde. http://www.antenna.ch

    Merci d’avance pour votre réponse.
    Bravo pour votre blog!!

    Adriana
    aramos@antenna.ch

  22. Anya 17 février

    J’ai vécu une relation extremement difficile avec une personne schizophrène pendant trois ans. Il était très tyrannique, violent et m’a frappée à plusieurs reprises. Il m’a même menacée de mort. Dernièrement il a tout cassé chez moi. Maintenant il se prend pour la victime et retourne la situation. Il m’accuse de tout ce qu’il est. Il refuse sa maladie et de de se faire soigner. Très dur car aucune solution

  23. Nico 9 avril

    Il m’arrive de dire à certaines personnes que je suis schizophrène, mais je ne le dis pas à n’importe qui, à n’importe quel moment et n’importe comment : il y a la bonne personne, le bon moment, l’art et la manière ; notamment je prévois un dialogue de 10 à 15 minutes seul à seul(e) pour que mon interlocuteur passe outre ses préjugés ; je choisis des personnes suffisamment ouvertes d’esprit ; c’est un peu comme un « coming out » et j’estime faire avancer la cause des schizophrènes en révélant que je le suis, en dédramatisant.

    Il est vrai qu’un personnage comme Norman Bates, dans le chef-d’oeuvre d’Hitchcock, a fait beaucoup de mal ; beaucoup d’autres personnages de cinéma sont qualifiés de psychotiques par les super-policiers et il y a même les talks-shows intellectuels où les experts s’insurgent contre notre société « schizophrène » pour parler d’une contradiction interne ou là encore pour qualifier et disqualifer des individus violents. Je me souviens du premier jour où l’on a parlé de Mohamed Merah : les experts ont dit « le tueur a une structure psychotique » ; ah bon ? et pourquoi ? et un soldat d’élite qui tue un maximum d’ennemis à qui la République décerne une médaille, est-il moins fou ? ; idem pour le tueur de Scandinavie qui était sensé avoir perdu la raison, alors que son fameux livre était très précis. Cet amalgame entre violence et maladie mentale est pernicieuse et toute cette contre-publicité est très dommageable.

    J’estime faire reculer (un petit peu) les préjugés ainsi matraqués par les media quand j’explique avec suffisamment d’éloquence que je suis moi-même schizophrène. Toute personne à l’aise avec sa maladie et avec le dialogue, qui est capable d’en parler avec précision, honnêteté et douceur, devrait avoir le courage de le dire à ses amis.

Laisser un commentaire

mon chemin avec l'anneau |
mon chemin avec l'anneau |
mon chemin avec l'anneau |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Luna's World
| Luna's World
| Luna's World